« Algérie, le fond du problème » Par Jean Amrouche.

  Comment sortir de la servitude coloniale ? Jean Amrouche oppose la réappropriation du passé et la construction d’une « patrie charnelle et spirituelle ». L’oppression coloniale qui va jusqu’à nier l’existence du peuple algérien, pousse instinctivement l’auteur de « l’Eternel Jughurta » à réagir par ces mots de style weilien. Extraits:

fond du probleme

    « [… ] Tous se passe comme si, pour l’armée française, il n’existait pas un peuple algérien, ayant conscience de soi, de son identité spécifique, de son enracinement dans une tradition, une mythologie, une histoire, de son langage, et des liens indestructibles qui l’attachent à des peuples frères, mais des populations totalement déracinées, disponibles, inférieurement vacantes, et que les effets judicieusement combinés de la force, du conditionnement psychologique, du progrès matériel et intellectuel permettraient d’enraciner dans une civilisation et une nation étrangères[…] Au terme de cette radicale mutation, la société arabo-berbère ne serait plus qu’un souvenir historique, et l’Algérie en effet une province comme l’Alsace ou la Bretagne.

    Seulement, le peuple algérien existe. Cela complique un peu les choses et fait échec à un dessin aussi grandiose qu’irréel […] Ce n’est pas à partir de la conquête et de la colonisation comme faits historiques que les Algériens veulent qu’on leur restitue l’honneur de vivre. Ils ne veulent pas d’une dignité humaine consacrée par la nationalité française, la citoyenneté française.

    Mais, ils veulent que cette dignité leur soit reconnue en tant qu’indigènes, comme tout se passe comme si la colonisation et la conquête n’avaient pas eu lieu. Ils refusent le destin qu’on leur propose, l’intégration à la France, la mue du colonisé en colonisateur […] Leur dignité est liée à la restitution d’une patrie charnelle et spirituelle qui ne peut être que l’Algérie, à un nom qui soit bien à eux, leur avenir à leur histoire, leur culture à leur langage, leur sagesse à l’héritage de leurs ancêtres […] »

Par Jean Amrouche. In « Algérie, le fond du problème » La Nef, janvier 1959.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Jean Amrouche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s