« Mourir ainsi c’est vivre », par Kateb Yacine

 

Aux antiques et chers disparus, aux Justes… cet hommage posthume de Kateb Yacine :

 

                                                                     

)F

 

Fanon, Amrouche et Feraoun

Trois voix brisées qui nous surprennent

Plus proches que jamais

Fanon, Amrouche, Feraoun

Trois sources vives

qui n’ont pas vu

La lumière du jour

Et qui faisaient entendre

Le murmure angoissé

Des luttes souterraines.

Fanon, Amrouche, Feraoun

Eux qui avaient appris

A lire dans les ténèbres

Et qui les yeux fermés

N’ont pas cessé d’écrire

Portant à bout de bras

Leurs œuvres et leurs racines.

Mourir ainsi c’est vivre.

Guerre et cancer du sang

Lente ou violente chacun sa mort

Et c’est toujours la même

Pour ceux qui ont appris

A lire dans les ténèbres,

Et qui les les yeux fermés

N’ont pas cessé d’écrire…

MOURIR AINSI C’EST VIVRE.

 Kateb Yacine (Paru dans Jeune Afrique, Paris, n°107, 5-11 novembre 1962).

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Jean Amrouche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s