« Ath Yenni, Paroles d’argent », documentaire de Arezki Metref

pevenement209photo1.jpg         AT Yenni: Paroles d’Argent de Arezki Metref

Des images qui s’écoutent…

 D’une durée de 52 minutes, toutes passionnantes, le film, réalisé avec la participation des villageois d’Ath Yenni, offrait différentes facettes, art culinaire, élevage, artisanat et agriculture, riches en couleurs, d’une région belle et rebelle. Attendu sur le terrain fertile et fiévreux de l’écriture romanesque, poétique et journalistique, Arezki Metref, a réussi, magistralement, à prendre à contre-pied son public en mettant le voile sur un autre mode d’expression et de création à savoir le film documentaire. Un enrichissement de plus.

 En effet, en donnant naissance à cette oeuvre aux « images qui s’écoutent » sur sa région natale, intitulée, Ath Yenni, Paroles d’argent, projetée, en avant première, avant-hier soir, à la salle Ibn Zeydoun à Alger, Arezki Metref, l’enfant terrible d’Agouni Ahmed, vient de donner la juste mesure de son talent qu’on croyait, jusque-là habité par les démons de la plume. Une foule nombreuse, dont, la mère Metref, l’autre réalisateur, Jean-Pierre Lledo, la cantatrice, Fatma-Flora Mouhoub, ont tenu à accompagner le réalisateur dans cet ultime test. D’une durée de 52 minutes, toutes passionnantes, le film, réalisé avec la participation des villageois d’Ath Yenni, offrait différentes facettes, art culinaire, élevage, artisanat et agriculture, riches en couleurs, d’une région belle et rebelle. Premières scènes: sensuelle, une voix féminine présente dans un kabyle parfait, la région Ath Yenni, la colline oubliée, chère à Mouloud Mammeri, figure emblématique de la région et de l’Algérie. A défaut d’archives historiques, c’est la légende, incarnée par la tradition orale et relayée par les sages et les vieux de la région, qui prend le pas. L’histoire d’Ath Yenni composée de 7 villages, dont Ath Lehsen, Ath Mimoun et Ath Larbaâ, avant de connaître une autre extension, est passée au peigne fin. Aucun détail n’est laissé. Idriss Mammeri, disparu après la réalisation du film et pour lequel Arezki Metref dédit l’oeuvre, rapporte que Ibn Khaldoun considérait la tribu d’Ath Yenni comme la plus remarquable dans la région des Zwawa.

Évoqué dans La Colline oubliée, roman phare de Mammeri, Tâassats, place publique du village et de veillées contre l’intrusion ennemie, est mise elle aussi sous les feux de la rampe. Réputé pour la splendeur de ses bijoux, Ath Yenni était connu comme une fabrique d’armuriers avant que l’armée française n’oblige les villageois à surseoir à cette activité. Au fil des minutes, le film égrène les traditions et coutumes ancestrales comme ce code régissant le fonctionnement du village qui oblige les personnes récalcitrantes à porter les armes contre les colons, à un exercice pas du tout honorant : celui de passer sous « Lmaoun » engoncé d’une fouta. Un véritable exercice de mépris. Un intervenant raconte que des familles portent de nos jours comme un point noir cet épisode infamant de l’histoire.

Autre visage de la région : son hospitalité légendaire, comme chanté d’ailleurs par le célèbre poète Youcef Oukaci. Le film d’Arezki Metref change de ton et d’images pour présenter Mouloud Mammeri, ses œuvres et son combat pour la vulgarisation de la culture des Gouraras. Une image de toute beauté, montrant une stèle de Mammeri érigée au milieu d’un carrefour, rappelle combien ce symbole adulé et respecté du village est omniprésent dans la mémoire collective de toute une région, fière de ses enfants. Dda Lmouloud, dixit une voix de jeune fille, aimait jouer aux cartes avec ses semblables au café maure, le coeur du roi. Un exemple inénarrable d’une personne pétrie d’humilité et de simplicité. D’autres figures scintillantes, et non des moindres, sont également évoquées dans ce documentaire, à savoir Idir et Brahim Izri, tous deux enfants prodiges d’Ath Yenni ayant consacré leurs vies durant pour la promotion de la chanson kabyle. Le réalisateur a eu également une pensée pour la génération d’aujourd’hui. Des jeunes, un animateur de l’association culturelle, un jeune chanteur et un autre issu d’une famille venu de M’sila, ont pris la parole pour dire leurs problèmes et leurs ambitions. « La solitude nous tue. Lors de l’hiver passé, la bonbonne de gaz a frôlé 1000 DA. Celui qui n’a pas de quoi payé est-t-il condamné à mourir de froid ? », s’interroge ce membre de l’association. Autre point d’orgue du film, lorsque des notables et des jeunes ont battu en brèches les idées selon lesquelles Ath Yenni est un foyer pour le prosélytisme. Le documentaire conclut son voyage initiatique en fixant le visage angélique d’un petit enfant, symbole d’espoir.

A signaler que le film projeté en kabyle, doublé en langue arabe sorti à l’occasion de l’Année de la culture arabe à Alger, sera projeté sur les écrans, comme l’a affirmé le réalisateur, à Tizi ouzou et Ath Yenni durant la saison estivale.

  Hocine Lamriben

 Bio Express

ametref1.jpg

Arezki Metref est né en 1952 à Sour El Ghozlane en Algérie. Il est originaire de Aït Yenni en Kabylie. Il a vécu à Alger depuis l’âge de quatre ans. Il a été journaliste dès l’âge de 18 ans, à l’Unité, Parcours Maghrébins, Algérie Actualité, Horizons, L’Hebdo Libéré, avant de créer avec Tahar Djaout et Abdelkrim Djaad l’hebdomadaire indépendant Ruptures en janvier 1993 dont il était le rédacteur en chef.

L’assassinat de Tahar Djaout le contraint à s’exiler en France en janvier 1993. Depuis, il a collaboré au quotidien londonien The Guardian, ainsi qu’à diverses revues : Autrement, Maghreb-Machrek, Panoramique. Il collabore à ce jour à la rubrique monde de l’hebdomadaire Politis. Il est également conférencier, s’exprimant sur l’Algérie tant en France qu’à l’étranger, poète, nouvelliste, romancier, essayiste et dramaturge.

Ecritures théâtrales : Priorité au basilic, éditions Domens 1997, diffusée sur France Culture le 23 mars 1998, créée en juin 99 au théâtre Les Déchargeurs, à Paris et reprise à Avignon en 99. Jouée depuis à Paris, en banlieue et en province. L’Agonie du sablier, Domens 2003, a été créée au théâtre de la Passementerie en 1999. La Nuit du doute, Domens 2000, a donné lieu à plusieurs lectures publiques à Paris. L’Amphore, publiée chez Domens en novembre 2002 a été créée à Confluence à Paris en novembre 2002. L’Intuition du désert, inédite, est sa dernière pièce.

Nouvelliste, Arezki Métref a publié plusieurs nouvelles dans Algérie-Actualité (Alger), El Moudjahid (Alger), Révolution Africaine (Alger), et Nouvelles nouvelles (Paris), réunies dans un recueil inédit, L’instant d’après, Haoua. Il est également l’auteur d’un roman, Le manuscrit (inédit) et d’un monologue Priorité au basilic. Ancien étudiant à l’Institut d’Études Politiques, Arezki Métref est journaliste de profession.                                                                                                   HL.

NB:Article paru sur les colones de la Dépêche de kabylie le 25 juin 2007

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Jean Amrouche

6 réponses à “« Ath Yenni, Paroles d’argent », documentaire de Arezki Metref

  1. OGAL RACHID

    admiratif devant ce chef-d’aoeuvre – je voudrais le revoir, car j’ai assisté à l’avant-premiere à riadh-el-feth. est-il possible de le trouver en algérie? je voudrais aussi revoir notre cher TAHIA que dieu est son ame. mille merci.voici mon adresse : OGAL RACHID – BP 209 – 16052 les Anassers – kouba (alger).

  2. OUARDIA

    je nai pas la chance de voir ce film.je voudrais savoir s’il est possible de le trouver en vente.merci.CEPENDANT JAI UNE PROPOSITION A FAIRE A Mr metref.VOILA ma mere possede encore en tete des poemes de moh said ath ammar(exilé en nvelle caledonie) jaimerais vous remettre une k7 si possible pour les editer et pkoi pas vous en servir pr un autre projet .qui sait?MES SALUTATIONS

  3. Bonjour Ouardia,
    Je suis intéressé par les poèmes et l’histoire de ce personnage, prisonnier évadé comme « Papillon ». Voici blog ou vous pouvez me contacter, merci. http://djurdjura.over-blog.net/

  4. Youghourta Kebbous

    Merci pour l’interret que vous portez a ce personage mythique, a ce Homere d’Ait lahcen qui se trouve etre mon aieul! Dan la revue Tinhinan vers les debut des annees 90 un certain Khalef a ecrit un article concernant muhend u said at ammar.

  5. Arezki Metref

    Ma chere Ouardia,
    Je viens juste de découvrir votre message qui date pourtant du mois de juillet 2009. Je suis evidemment interessé par écouter les enregistrements des poemes de Moh Said Ath Ammar dits par votre mére. Je vous serais reconnaissant de me contacter à cette adresse email :
    arezkimetref@free.fr
    J’espère avoir de vos nouvelles.
    Merci d’avance.
    Arezki Metref

  6. azul a el hocine.

    grâce à toi mon ami, j’ai pu déniché le mail d’arezki metref.

    au fait, ton blog est superbe.

    j’y reviendrais, même en silence.

    Abdenour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s